03 81 96 75 12 (10h-19h sauf dimanche et lundi) assoc.arcade@free.fr

L’homme dans l’univers

L’homme, l’être le plus évolué du monde connu, est doté d’une conscience. D’après la définition du dictionnaire, cette conscience est la perception que l’être humain a de lui-même, de sa propre existence. Doué de cette conscience, il cherche à comprendre le monde qui l’entoure. Dans l’antiquité, l’observation visuelle était limitée par l’horizon. Il ne disposait simplement que de ses  yeux. Levant ceux-ci au ciel, il voit le soleil le jour, la lune le jour ou la nuit, et la nuit, la voute céleste constellée d’étoiles. Celle-ci semble se déplacer durant la nuit en décrivant un cercle, les constellations apparaissent et disparaissent au fil des saisons, mais réapparaissent chaque année, immuables dans leur configuration. Sur le fond du ciel étoilé, il observe des points plus ou moins lumineux qui se déplacent lentement de nuit en nuit. Ces points mobiles lui paraissent « vivants », donc mystérieux. Ils les associent à des Dieux et leur donne des noms : Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne chez les romains. On retrouve cette démarche à travers différentes civilisations de l’antiquité comme celle des Sumériens, Babyloniens, Grecs etc. : elles assimilent les astres à leurs dieux de leur Panthéon. Il faut remonter à l’antiquité  grecque pour trouver une cosmogonie, c’est-à-dire une théorie mythique, philosophique et scientifique de la formation de l’univers avec entre autre l’astronome Eratosthène au troisième  siècle av.J.C. qui apporte une notion de la sphéricité de la Terre. Puis au 16ième siècle, le polonais Copernic démontre, contrairement aux idées de l’époque, que la terre n’est pas immobile au centre de l’univers, mais qu’elle tourne sur elle-même et autour du soleil. Au début du 17ieme siècle, Galilée, physicien, mathématicien et astronome italien, découvrit grâce à une lunette perfectionnée par lui, les satellites de Jupiter, les anneaux de Saturne (identifiés par le physicien et astronome néerlandais Huygens en 1656). Il contredit la théorie géocentrique de son époque en proclamant que la terre tourne autour du soleil. En 1665, Newton, grand mathématicien, physicien et astronome anglais, établit les lois de la gravitation universelle. Elles permettent de calculer les forces qui retiennent les planètes sur leur orbite. Plus tard, la mise au point d’instruments comme les télescopes permirent de découvrir des objets au delà du système solaire (étude des nébuleuses par l’astronome anglais William Herschell au 18iéme siècle). Par la suite, les astrophysiciens vont élaborer les théories de la formation de l’univers.

Einstein, physicien et mathématicien allemand, figure majeure de  la science contemporaine, édifie au début du 20iéme siècle une théorie générale de l’Univers : la relativité. La loi de la relativité générale d’Einstein permet d’avoir une ouverture sur la compréhension de cet Univers. Ses études sont à la base  de la mécanique quantique qui bouleversera la représentation du microcosme.

En 1927, l’abbé Georges Lemaître, chanoine astronome belge, décrit, d’après les équations d’Einstein, un Univers changeant au cours du temps. Durant la même période, les observations au télescope de l’astronome américain Edwin Hubble montre que l’Univers est en expansion. Cela implique que dans le passé il aurait été plus dense et plus chaud. De là à penser qu’il a une origine, il n’y a qu’un pas. Une théorie d’une gigantesque explosion originelle apparait. L’astrophysicien britannique Fred Hoyle, dans les années 1950, clame que cette théorie est naïve et l’appelle par dérision le « Big-bang ». Le mot est lâché. Il devient le terme utilisé autant dans l’esprit du public que par les astrophysiciens pour désigner l’origine de l’Univers. Cette gigantesque explosion serait l’instant zéro de la création.

Se pose alors la question métaphysique, à savoir : qu’est ce qui a pu provoquer cette explosion, cette naissance de l’Univers au milieu de nulle part ? On devine l’absurdité de la question, car elle implique celle d’un « Avant ». Est-il possible de répondre à cette interrogation? La physique qui essaie de  rendre compréhensible le monde, est issue de celui-ci et ne peut en expliquer l’origine.

L’Univers est un « Espace-temps», c’est-à-dire que le Temps apparait en même temps que la Matière lors de la création. Dans cette immense bulle en expansion, le mouvement engendre le Temps. Le Temps et la Matière sont corrélatifs. Se demander « qu’y a-t-il avant la naissance de l’univers ? » n’a pas de sens, car le terme « avant » implique une notion de temps qui n’existe pas avant le Big-bang. Le Temps est une résultante de la création.

Le Principe Créateur

L’origine de l’Univers demeure une question métaphysique. La création implique un principe créateur. Les cosmogonies de l’antiquité, à travers certains écrits, racontent la genèse du monde due à un principe créateur omniprésent, omnipotent et omniscient. Cela induit une notion d’Infini, que l’on peut admettre, mais ne pas comprendre. Un dicton indien affirme que l’on ne peut pas mettre un éléphant dans une boîte d’allumettes : ainsi l’infini ne peut pas être compris par notre cerveau qui est « matériel », c’est-à-dire fini, donc limité.

Le Principe créateur est omniprésent nous disent ces écrits, c’est-à-dire qu’il est le Tout. Rien n’est en dehors de lui. Par conséquent, tout élément de l’Univers est imprégné de sa présence, de son essence : le moindre grain de sable, la moindre cellule vivante. Nous comprenons alors le sens des écrits qui disent que nous avons été créés à son image.

Un ami me disait que nous avons une étincelle de cette Source de VIE en nous, que nous sommes imprégnés de l’essence de celle-ci. Pour comprendre cela, je citerai cette métaphore : cette source de Vie est un océan. Comme un océan est constitué d’eau dont l’essence est chimiquement H2O, chaque goutte d’eau qui est aussi H2O, en retournant à l’océan devient l’océan. De même, l’homme, imprégné de l’essence du principe Créateur (où source de Vie), en retournant à sa source, se fond dans l’océan qu’est celui-ci. Il peut alors en faire l’expérience, en prendre conscience, et donc le réaliser.

L’être humain, produit de l’évolution, est la couronne de la création, c’est-à-dire l’être vivant le plus évolué sur terre. Sa conscience est le fruit de son âme, elle est ce qu’il y a de plus vrai en lui. Une question existentielle se pose alors : quel est le but de notre existence ? y-a-t-il un lien possible entre le principe Créateur et nous ? Si oui, quel est-il ?

Corps physique et corps énergétique

Comprenons qui nous sommes, et comment nous sommes  constitués.

Scientifiquement, nous savons comment est constitué notre corps physique. Si nous nous regardons dans un miroir, l’image qu’il nous renvoie est celle de notre personne physique, et notre conscience nous dit que notre esprit l’habite. Notre mémoire est en quelque sorte  notre disque dur où sont enregistrées les expériences de notre vie écoulée, et lorsque nous la consultons, ce sont les souvenirs qui remontent à notre conscience. Les premières années de la vie ont forgé notre caractère qui agit conséquemment sur notre psyché (définition du dictionnaire : ensemble des phénomènes psychiques qui constituent notre individualité) ainsi que notre émotivité.

Au-delà de notre corps physique existe notre corps énergétique, invisible mais bien réel. ( La connaissance de ce corps énergétique remonte à plus de 4000 ans dans la médecine traditionnelle chinoise, et est encore utilisée dans la pratique de l’acuponcture). Ces corps interfèrent entre eux et sont comme emboités l’un dans l’autre. Au sein du système nerveux se trouvent des nœuds nerveux appelés plexus. A ceux-ci, correspondent dans le corps énergétique d’autres nœuds appelés chakras. Les plexus sont étagés parallèlement à la moelle épinière, de la crinière au niveau des vertèbres sacrées, jusqu’au cerveau. Le premier est le plexus hypogastrique à la base de l’abdomen, auquel correspond le premier chakra appelé  chakra racine (ou coccygien), ainsi nommé parce qu’il nous relie à l’énergie terrestre. Le deuxième plexus dit mésentérique est situé sous le nombril. Il lui correspond le deuxième chakra ou chakra sacré situé près des organes sexuels. Le troisième chakra correspond au plexus solaire, situé au dessus du nombril, à la base du sternum. Ces deux chakras abdominaux, le deuxième et le troisième, encadrent le centre de gravité de notre corps physique. C’est le centre énergétique de celui-ci, qui, s’il est contrôlé, peut nous induire une sensation d’invincibilité car relié à l’énergie cosmique. C’est le « ki » des arts martiaux. Le quatrième plexus est nommé plexus cardiaque, situé au centre de la poitrine, couplé au quatrième chakra, dit chakra du cœur. Le cinquième plexus se situe au niveau de la gorge, à hauteur des ganglions cervicaux, zone siège de la parole, au niveau du larynx et de la glande thyroïde. Le cinquième chakra est celui de la communication. Il traduit les émotions et les sentiments par la voix. Le sixième plexus se trouve à la base du cerveau, sous le chiasma optique (croisement des nerfs optiques). C’est la zone  de convergence des nerfs de la fonction des sens. Là réside le sixième chakra, celui du troisième œil, juste au dessus de l’hypophyse, la glande chef d’orchestre des glandes endocrines. Le septième chakra, appelé chakra coronal, se situe au sommet du crane, au dessus de la glande pinéale ou épiphyse, zone du cortex cérébral, ou plexus cérébral. Ce chakra couronne la réalisation de la conscience cosmique, d’où son nom.

Je ne donnerai pas d’explication sur le rôle de chaque chakra au sein du corps énergétique en lien avec le corps physique et l’harmonie qui en découle, il y a suffisamment de littérature sur le sujet comme par exemple l’art naturel de guérir par la méthode du Reiki qui apporte équilibre et santé ainsi qu’harmonie entre corps physique et esprit. Mais je précise tout de même qu’à chaque chakra correspond une note de musique, le DO pour le premier chakra et le SI pour le septième. Ainsi, lorsque nous chantons ces 7 notes, arrivés à SI,                                                         nous nous sentons obligé de chanter le DO supérieur, la première note de l’octave supérieure comme pour arriver à un aboutissement ! Effectivement, il existe un huitième chakra, situé au dessus de notre tête, à plusieurs mains de distance. Il correspond au niveau le plus haut de notre conscience, notre Âme, et c’est pour cela qu’il se situe en dehors de notre corps physique. Nous verrons plus loin ce qu’il signifie.

Symbolique des chakras

La symbolique de nos corps physique et énergétique est transcrite dans le schéma architectural de certains édifices religieux : temples, églises, cathédrales et certaines mosquées. Si nous prenons l’exemple d’une église, le premier plexus ou chakra correspond au parvis de l’édifice, les deuxième, troisième et quatrième chakras à la nef, à la croisée de laquelle se situe le transept (correspondant aux épaules du corps humain),  au-delà duquel est édifié l’autel, où l’homme d’église s’exprime à la communauté. Nous retrouvons ici la concordance avec le cinquième chakra, celui de la communication. Au-delà de l’autel se trouve le chœur qui représente le sanctuaire du sacré. Je fais ici un parallèle avec le temple de Jérusalem, dans le sanctuaire duquel se trouvait l’objet le plus sacré, l’Arche d’Alliance qui renfermait les tables de la Loi  que Dieu, selon la Bible, donna à Moïse sur le mont Sinaï (le sanctuaire symbolise le lien entre le monde d’ici bas et le monde spirituel). Nous retrouvons ce sanctuaire sacré dans notre corps humain au niveau du sixième chakra. Celui-ci se situe au niveau du DIENCEPHALE composé de trois structures : l’hypothalamus, le thalamus et l’épi thalamus, il est situé sous les hémisphères cérébraux. Le thalamus reçoit et traite les informations transmises par les nerfs sensitifs et sensoriels, puis les transmet au cortex. Cette zone de notre cerveau est le Sanctuaire de notre corps, représenté symboliquement par « l’Arche d’Alliance », où peut s’effectuer la connexion avec le Spirituel, c’est-à-dire la Source de Vie. C’est la réponse à la question posée plus haut.

L’accès au Monde Spirituel

Cette connexion est possible par  l’expérience de techniques de méditation transmises par des Maîtres ou Guides spirituels depuis que l’Humanité existe. Ces techniques consistent à explorer le monde Spirituel avec nos sens spirituels de la même façon que l’on explore le monde qui nous entoure avec nos cinq sens. Effectivement, nous recevons les informations extérieures par nos sens qui les transmettent au cerveau, les analysent pour comprendre notre entourage. De même, nos sens spirituels nous permettent de voir, écouter, gouter et toucher la Source de Vie à l’intérieur de nous par l’intermédiaire du sixième chakra qui est la porte du royaume intérieur. Nous la voyons sous forme de lumière avec l’œil spirituel appelé le troisième œil, nous l’écoutons sous forme de courant sonore avec l’oreille spirituelle (c’est la musique des sphères ou des anges),  nous la goutons avec le sens spirituel de l’odorat et du gout (c’est le Nectar ou la manne « tombée du ciel »), et nous la touchons avec le sens spirituel du toucher par la respiration abdominale dite ventrale. Nous savons que dans notre abdomen nous avons des neurones. C’est notre deuxième cerveau qui est en relation avec notre cerveau principal. Les terminaisons du nerf vague irriguent cette région et les informations remontent par ce nerf au centre du cerveau dans la zone du diencéphale. Nous avons vu que notre centre de gravité se situe dans le bas de l’abdomen. Là se manifeste l’énergie cosmique sous forme d’une énergie vibratoire. C’est elle que nous ressentons par le sens du touché spirituel. Cette énergie vibratoire est la manifestation du VERBE.

Le septième chakra ou chakra couronne, appelé aussi « lotus aux mille pétales » situé au sommet du crâne, correspond à la fontanelle des petits enfants. Des peuplades antiques, telles les Esséniens, affirmaient que l’âme où conscience s’incarnait dans le corps pour l’habiter en « passant » par ce point et que le but de l’initiation consiste à rouvrir ce passage pou permettre à l’âme d’effectuer son voyage dans l’au-delà.

Le Christ disait que pour vivre, il faut renaître. La renaissance consiste à recevoir cette initiation afin de traverser le voile de l’ignorance pour entrer dans le royaume spirituel, intérieur, ou le royaume des cieux.

Quant au huitième chakra situé à l’extérieur du corps bien au dessus du crâne, au-delà de notre réalité physique, il existe sous forme de germe à développer et son extra corporalité le protège des pensées et des émotions. Il a pour fonction d’exprimer la Connaissance par le phénomène de la compréhension. Sa croissance résulte du travail de l’âme durant notre vie. L’image que l’on en a est donnée par ce passage biblique qu’est la Pentecôte durant laquelle une langue de feu ressemblant à une colombe flottait au dessus de la tête de chaque apôtre.

Le Mental, obstacle à notre réalisation

Cette expérience extraordinaire n’est possible que si l’on est dans l’instant présent, en conscience éveillée. Nous sommes alors en communion avec le Principe Créateur. Seul, notre mental peut nous contrarier. Depuis notre enfance, ce mental a été façonné par nos parents à travers notre éducation, puis influencé par le monde extérieur, et il est devenu pratiquement incontrôlable. A la recherche des plaisirs, il est devenu le canal de toutes les perversités (cupidité, vanité, colère, avarice, attachement, jalousie, haine …). Ce mental nous contrôle en nous extrayant de l’instant présent à travers les pensées, nous entrainant dans le passé ou le futur. La seule manière de le maîtriser est la pratique de ces techniques de méditation de manière assidue. Elle nous confère un état de bien-être qui nous apporte quiétude, paix et sérénité. Il existe d’autres techniques de méditation qui peuvent vous apporter la paix en contrôlant votre mental mais elles ne vous permettent pas de franchir la porte du royaume intérieur.

Mon sacerdoce

Guidé par ma conscience et animé d’une forte volonté à recevoir la Connaissance au nom du principe créateur, je reçus l’initiation à la Vérité par un Mahatma à l’âge de 21 ans. Depuis, j’ai arrosé tant bien que mal la graine que j’ai reçu pour grandir en conscience à travers les expériences de la vie. L’Amour que je reçois m’inonde et, ne pouvant le garder que pour moi, je désire  partager cette expérience avec le plus grand nombre. La question qui me hantait était de savoir si le Principe Créateur m’en accorderait le pouvoir. Lors d’une séance de méditation, qui est en réalité la vraie prière car elle consiste en une communion avec la Source de Vie, j’en ai fais la demande. J’eus la réponse d’une façon originale et subtile lors d’un événement quelques jours après. En faisant un achat dans un magasin spécialisé, le vendeur, un jeune garçon, porteur de lunettes avec des verres épais, avait les yeux presque collés à l’écran de son ordinateur. Je lui en demandais la cause. Il m’expliqua qu’il était atteint d’une maladie dégénérative au niveau des yeux, maladie dite orpheline, et qu’il risquait de perdre la vue. Emu, je lui proposai de tenter une intervention directe de guérison, car j’avais déjà eu l’occasion de guérir quelques petits maux. La démarche pour lui était curieuse, mais il accepta. Je posai donc les doigts sur ses yeux durant une courte minute, comme pour ouvrir le « troisième œil ». Puis, je lui posai la question s’il s’était passé quelque chose. Il me répondit, surpris, qu’il avait vu tout blanc, plein de lumière les yeux fermés. Je compris que ma prière avait été exaucée !  

Il n’y a jamais de dialogue direct avec le Divin. A une prière, la réponse est toujours événementielle (« demandez et vous recevrez ! »).

Plaidoyer pour l’Humanité.

Dans ce monde duel, l’être humain est doué de libre arbitre.  La raison humaine en abuse souvent à mauvais escient, car elle est sous la coupe de son mental qu’elle ne maîtrise pas. Toutes les souffrances de l’humanité découlent de cette réalité. Depuis plus de 7000 ans, des milliers de religions ont tentés d’apporter la paix en vain. Le Mental en est la cause. Symboliquement, il est le pouvoir négatif qui nous dirige en ce bas monde, il est le « Satan » qui nous empêche d’accéder au monde du Divin, car en réalité, c’est ce pouvoir, ce rôle qui lui a été conféré. Tout l’Histoire est là pour en témoigner. Les conflits de toute nature commencent déjà au sein de la cellule familiale, dégénèrent au niveau de la communauté pour s’étendre aux nations. Que ce soit pour la possession, le pouvoir ou la domination, même au niveau de la religion, l’histoire se répète. Tant que le Mental nous tiendra sous son emprise, il en sera ainsi. Apporter la Paix au sein de l’Humanité commence par la trouver à l’intérieur de chaque individu. Il n’ya pas d’autre solution. C’est la VOIE !

Daniel Dé


Vous aimez ? Alors merci de partager cet article sur les réseaux sociaux :
Share
Share